Un sex'pert se presente pour mieux vous guider

Le Who's Who des sex'perts du Web

Authentiques tropiques

Une artiste avec un stylo qui écrit au gré de ses envies et de ses rêves pour vous immerger dans un océan de désirs érotiques. Elle nous parle aussi bien de vin qu'elle nous compose des poèmes.

Le portrait de la passion

Si j'étais...

un âge idéal pour faire l’amour ?

MarieO

35 ans

un lieu exotique où faire l’amour ?

MarieO

Un appart en ville, avec les fenêtres ouvertes, du parquet au sol et un plafond décoré.

un moment de la journée pour faire l’amour ?

MarieO

Le matin après une nuit d'amour

un sex-toy ?

MarieO

Une langue, c’est le meilleur sex-toy du monde

un accessoire ?

MarieO

Je serais un piano qui composerait la mélodie au rythme des ébats

une zone érogène ?

MarieO

Je serais un sexe masculin pour savoir enfin !

une position ?

MarieO

N’importe du moment que j’ai le plus de peau possible contre moi.

une action érotique ?

MarieO

Un sourire

une marque liée à l’érotisme ?

MarieO

Aucune, ou peut-être une marque de lingerie. Mais je ne suis fidèle à aucune marque.

un film osé, mais non porno ?

MarieO

Eyes Wide Shut. C’est la première fois que je voyais des fantasmes sur écran et cela m’a terriblement excitée et intriguée.

un(e) auteur(e) ?
un fétichisme ?

MarieO

Des chaussures d’hommes, des tas de chaussures d’hommes, des colorées, des noires, des lacées avec de la couleur, des bien cirées...

un site web autre que le vôtre ?

MarieO

Celui de Ellie ou celui de Mars, ces blogs sont décalés et un peu fous. Et ça j’aime ! J’adore aussi ceux de Anne archet dont lubricités.

Tous les sex'perts

[CONCOURS]
Pour commencer, parle-nous un peu de toi ?

MarieOJe suis donc une fille ordinaire qui met du vernis sur ses ongles de pied, est trop forte pour enfiler une housse de couette, pisse assise, est un poil intello et déteste faire la cuisine pour un homme.
Quand tu m’as demandé cette interview, j’ai fait 77 fois le tour de mon bocal de poisson rouge en me disant : mais je ne suis pas une experte !
Le sens du mot «expert» sonne pour moi comme « personne ayant des compétences lui donnant autorité pour parler et/ou donner des conseils ». Perso, je m’amuse à mettre le sexe en mot. Je ne connais rien à la sexologie ni aux sex toys. Mon blog n’a pas une allure claire, ni une ligne éditoriale précise comme beaucoup de beaux blogs bien chiadés. J’aborde la sexualité d’une façon intuitive avec un mode essai/erreur et beaucoup de plaisir. Je n’ai aucun truc et astuce pour faire durer le couple ou baiser comme des dieux. Je ne peux que partager mon expérimentation empirique qui se résume en trois verbes :
Écouter, soi et l’autre, son propre corps et celui de (des) l’autre(s), son désir profond et l’instant présent
Dire : non quand on n’aime pas; oui librement quand on veut.
Lâcher prise, s’abandonner que l’on soit homme ou femme.
Et jouir.
(bon, ça fait quatre verbes, mais les listes et moi sommes fâchées).

Vu le genre littéraire abordé, on peut s’imaginer tout un tas de choses, voir fantasmer sur notre auteure favorite. Dans la vraie vie, ça donne quoi ? Une femme mariée sur une île puisque tu parle de Tropiques ou une célibattante du Sud adepte des soirées fetish sur la côte qui voulaient faire parler de son univers ?

MarieOL’imagination est la clef de mon univers. Alors, imaginez-moi sur une île éloignée, aux soirées sur la côte, nue au travail, au fond d’un bois appuyée à une branche, ou sautant sur les lits dans une chambre d’hôtel parisienne. Ou, inventez ce que vous voulez.
Pour être sérieuse, puisque tu me le demandes, le mot «tropiques» évoque à la fois Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss relu l’été où j’ai créé mon blog, et Tropique du Cancer de Henry Miller (bien que je n’ai lu de ce dernier que “le temps des assassins : essai du Rimbaud” et des extraits de ses correspondances avec Anaïs Nin)

Le site existe depuis juillet 2013, mais comment est-il né ? L’idée remonte à plus loin ou un matin, tu t'es dit “tiens si je commençais un blog pour partager ce que j’écris pour moi” ?

MarieOJe travaillais sur un document universitaire cet été-là. Je détestais la langue que j’utilisais, notamment les formes imposées de ce langage écrit. C’était douloureux. Et pour me vider la tête, je me suis mise à écrire. Les émotions liées à la sexualité se sont imposées à moi comme matériaux d’écriture. Puis, comme je lisais de nombreux blogs, je me suis dit pourquoi pas moi. Je me suis lancée, la trouille au ventre.

Justement, parlons d’émotions, quand on fait le tour de ton blog, on a l’impression d’être dans une galerie. Chaque histoire est presque un tableau, que tu illustres à chaque fois d’ailleurs. Quelle est la source aujourd’hui de ces “tableaux”, tu écris le matin au réveil après une nuit remplie de rêves ?

MarieOAu risque de te décevoir, je n’ai pas de source unique et je serais incapable de t'expliquer d’où viennent les idées et de quelle manière. L’idée arrive, c’est tout. J’écris parfois le matin si c’est une urgence, j’écris beaucoup le soir quand la fatigue met mon cerveau en mode pensée intuitive.
J’aime bien ce que tu dis sur les tableaux. Quand je relis certains textes du blog, j’ai la sensation d’une sorte d'impressionnisme émotionnel et sensitif.

On a l’impression en partie de vivre avec toi, tu mêles des histoires à des conseils, des témoignages. As-tu une ligne éditoriale où cela vient au grès de ton inspiration et du monde qui t’entoure ?

MarieOJe n’ai pas une ligne éditoriale linéaire, mais plutôt en arborescence. Parce que cela s’impose à moi comme cela. C’est déjà assez difficile pour moi de produire des écrits pros de façon linéaire, alors sur le blog, je laisse libre cours à mon imagination : quand j’ai envie de parler d’un film, de leçon de choses sur les bas, d’un bouquin, de caviste, d’une expo, d’un vrai rêve, d’un poème ou d’une folie érotique, je le fais. L’émotion peut être joyeuse ou triste, le texte peut-être tonique ou alangui, drôle ou sérieux. Le blog est un espace de détente et de liberté foisonnante.

Tu écris bien sûr pour le plaisir, mais qu’est-ce qui t’incite à continuer ? Ta communauté qui te suit et interagit avec toi ou tu prépares tout simplement une version plus longue ?

MarieOOui la «communauté» ou en tout cas le retour de lecteurs m’encouragent et rassurent mes doutes. Une version plus longue de mon blog ? Mais il est déjà tellement fouillis !

D’ailleurs, à propos de version plus longue, as-tu pensé à l’écriture de nouvelles, d’un carnet de poésie ou d’un roman tout simplement ?

MarieOOui j’ai déjà publié une petite nouvelle. Les personnes de mon entourage l’ont trouvé crue alors même qu’elle est sage et évoque à peine le sexe. Pour le carnet de poésie, c’est en cours. Je ne me sens pas une âme de romancière.

Pour revenir à tes histoires, certaines sont décrites comme du vécu, tu mélanges ton réel à tes fantasmes ?

MarieOQu’est-ce qu’est qu’un fantasme ?
Je préfère utiliser les mots rêve et imagination. Je mêle du vécu, des sensations, des histoires vraies et entendues, des observations de la vie... J’aime bien écrire à la première personne. Je tente parfois d’écrire un «je» de sexe masculin. Mon objectif principal est que les émotions restent authentiques.

En tant qu’auteur sous un pseudo, peut-on tout se permettre selon toi ? Y’a-t-il une limite justement à l’écriture de ses fantasmes.

MarieOLa limite est celle qu’on se fixe. Et cette limite dépend de nos envies, de notre culture, de notre éducation, de notre fonctionnement de pensée, de notre biologie, de notre éducation… Le fait d’avoir un pseudo me laisse de la liberté par rapport à mon entourage. Et pourtant je m’empêche de (vous) raconter certaines choses. D’autre part certaines émotions ou rêves ne trouvent pas le chemin des mots, car ils sont trop intimes sans doute. La pudeur est un trésor précieux.

A propos de fantasmes, as-tu trouvé la photo de tes rêves, peut-être l’as-tu gardé pour toi plutôt que de la publier dans ta galerie ?

MarieOSourire. Je n’ai gardé aucune photo pour moi seule. C’est un jeu, juste pour le fun. Je garantis aux hommes qui me les ont confiés l’anonymat et une certaine discrétion. Je garantis aux visiteurs une expo participative. Allez-y lancez-vous !

En définitive, vu tous les échanges sur le sujet, peux-tu nous dire si c’est un fantasme répandu de voir des hommes entre eux comme des femmes entre elles ?

MarieOEn discutant avec l’un ou l’autre, je me rends compte que d’autres femmes ont envie aussi de voir deux hommes ensemble. Cependant, si s’afficher bi pour une femme libertine parait presque comme un prérequis, beaucoup d’hommes précisent qu’ils sont 100% hétéro. En effet, la bisexualité féminine me semble une norme, attendu social, un fantasme récurent d’hommes (bien que je connaisse des hommes qui n'éprouvent pas de plaisir érotique à voir deux femmes ensemble). Or, pour moi, ce qui doit compter c’est le désir profond de chacune.
A contrario, laisser s’exprimer ses tendances bisexuelles, même légères, semble moins «naturel» ou plutôt moins valorisé socialement chez les hommes. Quand je rencontre un homme qui se laisse aller à son désir, je trouve cela merveilleux (et terriblement excitant)

D’ailleurs, reçois-tu encore de nouvelles photos que les amatrices pourraient voir dans le futur sur ton site ?

MarieOOui je reçois régulièrement des photos que j’ajoute à ma galerie. Certaines lectrices me disent revenir régulièrement pour se rincer l’oeil tranquille. C’est gai (comme on dit en Belgique).

Le thème principal de ton site est “Textes érotiques”, mais certains ne le sont pas tant que ça ou plutôt, il faut aller au-delà de ton texte pour percevoir tes images. Comment définis-tu un texte érotique et où commence le porno ?

MarieOC’est une jolie expression : «aller au-delà du texte pour percevoir les images». C’est cela un texte érotique. Il suscite l’imagination du lecteur qui va puiser dans ses propres rêves, dans sa connaissance de la sexualité, dans ses images intérieures, dans ses folies, dans sa carte du monde, dans ses envies profondes. Le lecteur remplit les blancs, les implicites ou les pudeurs du texte. J’aime bien l’idée que le lecteur recrée le texte à sa manière et peut-être loin de mon propre imaginaire. Tant mieux !
Le porno, pour moi, est une description technique et explicite du sexe avec des mots crus, même si la pornographie écrite suscite aussi une part de l’imagination. De plus, les situations décrites peuvent davantage excessives, amorales, incroyables (en tout cas par écrit).
Je ne dis pas que l'érotisme est mieux que la pornographie. Je dis seulement que je ne sais pas écrire de pornographie même quand les mots sont crus (Cf La Mathilde). D’autant que la ligne entre l'érotisme et le porno est fine et mouvante. D’autre part, le mot «érotisme» est souvent employé à la place de «pornographie» pour rendre la pornographie plus accessible. Cet emploi explique la confusion entre les deux concepts. Ce qui ne me pose aucun problème. C’est un simple constat de l’évolution du langage.
Quand je lis un texte érotique, j’aime l’onirisme du texte, un certain réalisme, une bonne dose de psychologie dans les personnages, un scénario et un grain de folie. J’aime les paradoxes.

Je ne peux m’empêcher de te demande ta vision sur le best-seller mondial “Cinquante nuances de Grey”. Quel est ton avis sur ce type de littérature : le Mommy Porn, avait-on besoin de ce nouveau genre littéraire ?

MarieOMon avis ? Mais je n’ai pas lu ce livre. Ou par bribes, debout dans une librairie, comme tous les livres avant de les acheter ou pas. J’ai lu au début, au milieu, vers la fin. Chaque fois, j’ai reposé le livre en me disant: quand va-t-il se passer quelque chose ? J’ai feuilleté les autres récits dans la même gamme avec le même constat personnel. Je ne trouve pas cela assez intense.
Si cette littérature existe, c’est qu’il y a un marché. Je pense qu’elle remplace ou complète les collections qui ont toujours existé en littérature sentimentale. Si les personnes frissonnent, se caressent, imaginent , prennent plaisir, en lisant ces livres alors c’est ce que ces livres ont leur place.

Que penses-tu de cette médiatisation du sexe et des sex-toys en général ?

MarieOS'il y a médiatisation, c’est qu’il y a un intérêt. La médiatisation ne me gêne pas. Par contre, les conseils du genre il FAUT faire ça, ou les hommes/femmes aiment ça me paraissent réducteur. Mais je vais revenir au début de l’interview à ce train-là. Glups je radote déjà. C’est grave, tu crois ?
Il y a un marché du sex-toy que je ne connais pas, car j’en utilise peu. Et j’ai du mal à parler de ce je connais pas. Je peux juste te partager mon expérience perso sur la place du sex toy dans notre mode de vie actuel. J’aime les beaux objets et je trouve la plupart des sex-toys laids. L’enrobage rose bonbon et kitch me déplaît. Les magasins de sex-toys ont fait beaucoup d’effort pour être plus accessibles et ludiques. Il est bien plus agréable d’y entrer. Mais j’ai toujours la sensation d’être dans une boutique farce et attrape ou dans un lieu hyperglamour-rococo-érotico-chic. Comme si pour rendre «normal» le sexe et ses objets il fallait en faire trop. J’avoue tout de même que certains accessoires ont ce côté terriblement érotique.

Écrirais-tu pour des objets connectés tels que B-Sensory où chacun de tes mots donnerait des sensations aux lectrices (seulement elles pour l’instant) en plus d’avoir tes images dans la tête ?

MarieONon, je n’ai pas envie d’écrire pour des objets connectés. Autant, je serais fière qu’un de mes textes soit lu lors d’un jeu érotique, autant qu’un objet procure des sensations à certains moments préprogrammées me parait comme les rires préenregistrés des sitcoms. Enfin c’est l’idée que je m’en fais.

Pour finir, à moins que tu en parles ouvertement avec ton entourage, quel est ton secret pour rester caché ?

MarieOD’avoir toujours cultivé un univers secret. C’est ma liberté intérieure.

Merci d’avoir répondu à nos questions
Un dernier mot pour la fin, une création littéraire dictée par le moment ?

MarieO Baiser lancinant des bonheurs à jouer.

Interview réalisée en novembre 2014

Tous les sex'perts

Pose ta question, échange avec Authentiques tropiques

Créer un compte blog

Des milliers de personnes ont commencé à pimenter leur vie,
et vous ?

Voir une partie en cours

Il est déconseillé d'utiliser un email professionnel et fortement conseillé d'utiliser une adresse email qui ne contienne pas votre nom et prénom. Il est inutile de mettre une adresse qui n'existe pas ou qui ne vous appartient pas, vous n'irez pas plus loin.

Merci de nous rejoindre.

Ce compte n'est pas destiné à jouer, mais à participer aux débats et à consulter le site comme un joueur.

Il ne sera pas nécessaire d'inviter une autre personne.

L'adresse email est obligatoire pour se connecter au site. Cette adresse email est déjà utilisée. Tu n'as pas validé ton compte, regardes dans ta messagerie.

Lire les conditions générales d'utilisation et la charte des données personnelles

Valider votre email

Vérifiez dans vos spams (courrier indésirables) si notre email n'est pas dans votre boite de réception
  1. Vous allez recevoir un email pour confirmer cette adresse email,
  2. Un lien présent dans cet email vous ramènera ici,
  3. Complétez votre inscription et invitez l'autre personne à vous rejoindre,
  4. Dés que votre invité a validé son compte, vous pouvez commencer.

A partager sans modération